34h au portant vers les British Virgin Islands

Se lever à 3h30 du matin pour prendre la mer.. c’est un peu grisant 🙂 ca rappelle les réveils en pleine nuit quand j’étais gamin, pour monter dans un avion qui nous emmenait loin. 

La nuit est noire, profondément. L’alizé tiède berce Hina, qui tire gentillement sur son ancre. Au dessus, des millions d’étoiles.

Nous remontons l’ancre, et nous élançons dans la nuit, aidés par l’électronique. Pas évident de slalomer entre les rochers avoisinants. 

Et puis, imperceptiblement, les mouvements de tangage se font plus forts. La mer se creuse, légèrement d’abord, puis de plus en plus. Le fond passe de quelques mètres à plusieurs centaines. Nous sommes en route.

Vers 5h30, le jour se lève.

Difficile de décrire le parfum de l’air, l’ambiance « seul au monde ». L’air frais de la nuit fait place à une tiédeur envoûtante. Mille parfums nous parviennent de la Guadeloupe tout proche. C’est l’heure du petit café 🙂

La journée se poursuit, au rythme des alizés. Nous visons nord-ouest, et laissons la Guadeloupe dans notre sillage.

Soudain privés de la barrière protectrice de l’île, qui nous protégeait jusque là de la longue houle Est de l’Atlantique, la mer se creuse. Les vagues se mettent à « moutonner »…. les heures passent, et sous le coup de midi, nous arrivons à hauteur de Montserrat. À l’instant même où, dans la VHF, retenti un appel: « Hina Hina Hina, ici Kotick Kotick ». C’est Etienne Defalque, un vieil ami de papa, en route lui pour la Martinique. Nous avions prévu de nous croiser au sud-ouest de Montserrat, c’est chose faite! Par contre, trop loin pour de belles photos…

Montserrat, et, pratiquement invisible entre l’île et nous, Kotick, faisant route inverse.


La traversée continue. Henri scrute la carte, So alterne contemplation, sieste et photos de dauphins (plusieurs dizaines!). Quant à moi, je lis, je contemple, je profite 🙂

Fin de journée, le soleil promet de nous offrir un spectacle grandiose. La mer est belle (nous naviguons sous le vent de St Kitt), et la Callas nous accompagne alors que nous rendons papa à la mer et au vent.

Le soleil qui s’en va, doucement. Hina qui va de l’avant, toujours plus fort, poussée par une force irrésistible. Pleine de vie, remplie d’espoir. 

La nuit tombe sur nous, l’air toujours tiède. Nous poursuivons notre route, Henri prend le premier quart. Agité, d’abord: entre les cargos qui rejoignent la pointe nord de l’île, et la mer, soudain à nouveau libérée. Et puis, les îles s’éloignent.. et Hina se retrouve seule, au milieu d’un ciel à nouveau rempli d’étoiles. 

Arrivée aux BVI dans l’après-midi du lendemain. Formalités administratives, aller-retour vers St John (USVI) pour notre visa d’entrée aux États Unis. Nous sommes presque arrivés!

Prochaines étapes: amener Hina à Crown Bay Marina (St Thomas), la préparer pour son voyage en cargo vers Southampton… avant de reprendre l’avion vers l’Europe. 

À suivre..

Un commentaire sur “34h au portant vers les British Virgin Islands

  1. Ah quelle belle évocation 🙂 ce chapelet d îles qui s égrène. Ces senteurs merveilleuses , ces nuages lourds des grains tropicaux toujours surprenants . Cela a dû être un moment intense . À refaire peut être un jour 🙂 à suivre donc …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :